Le magazine friand de découvertes
© 2006-2022 SHUNRIZE.com

Avis | Thor : Love and Thunder

Le nouveau chapitre de la saga consacrée au fils d’Odin sera dévoilé le 13 juillet prochain. A peine un mois après Doctor Strange in the multiverse of madness, voici déjà le sixième titre de la phase IV du Marvel Cinematic Universe. Mais faut-il aller voir Thor : Love and Thunder

Après les opus réalisés par Kenneth Branagh, puis Alan Taylor, c’est le cinéaste Taika Waititi qui avait repris les rênes de la franchise. Loué par les fans et la critique Thor: Ragnarök avait frappé fort en amassant 853 millions de dollars au box-office mondial. C’est donc sans surprise que le néo-zélandais revient derrière la caméra. Jeudi dernier, j’ai pu voir un peu en avance cette quatrième aventure solo. Inspirée du comics The Mighty Thor de Jason Aaron, Russel Dauterman et Jorge Molina, où Mjölnir est récupéré par Jane Foster, vaut elle vraiment le coup ?

Thor : Love and Thunder affiche

L’Histoire

Souviens toi. A la fin d’Avengers : Endgame, notre divin Asgardien quitte la Terre aux côtés des Gardiens de la Galaxie. Au-delà de sa forme physique, Thor a absolument tout perdu. Il doit faire face au deuil de son père, sa mère, son frère, sa relation amoureuse, sa patrie, et même son marteau : Mjöllnir, détruit par sa sœur Hela. Affublé désormais de Stormbreaker, notre super-héros est en pleine introspection. Rapidement, il est rattrapé par l’apparition d’une redoutable menace. Gorr le boucher qui s’est donné pour mission d’exterminer tous les dieux.

Thor : Love and Thunder tient-il ses promesses?

Si on se réfère simplement au titre. Oui. En revanche, on est loin d’une réussite. Ayant adoré Ragnarök, je ne te cache pas que j’attendais Love and Thunder avec une certaine ferveur. Dès lors, la déception n’en a été que plus grande. Réitérer un succès n’est jamais une mince affaire. L’effet de surprise n’étant plus là, le long-métrage de Waititi ne fait plus figure de bouffée d’air frais dans le MCU. Le réalisateur a beau y injecter son humour singulier, la mayonnaise ne prend pas totalement. Pire encore, son second degré désamorce souvent les rares éléments dramatiques et épiques.

Pourquoi, on y va quand même ?

Y aller pour Chris Hemsworth (Spiderhead), le retour de Natalie Portman (Brothers) et Tessa Thomson (Dear White People) auraient été des raisons suffisantes. Toutefois, le reste du casting mérite aussi le déplacement. Ainsi, on ne peut que saluer la prestation de Christian Bale (The Dark Knight Rises), qui endosse le costume d’un super-vilain. Peau grisâtre, dents aiguisées. Méconnaissable, l’acteur oscarisé fait une première incursion mémorable dans une production Marvel. Tout comme Russel Crowe (Man Of Steel) qui incarne Zeus et dont le rôle à contre-emploi est assez savoureux. Enfin, une mention spéciale pour le running gag des chèvres. Difficile de ne pas en rire. Comme d’habitude reste jusqu’à la fin du générique car il y a deux scènes à découvrir.

A venir dans le MCU: Black Panther: Wakanda Forever (11 novembre 2022), Ant-Man et la Guêpe: Quantumania (15 février 2023), Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 (3 mai 2023) et The Marvels (26 juillet 2023).

 © 2022 Marvel Studios All Rights Reserved.

Laisser un commentaire

Total
1
Share