Le magazine friand de découvertes
© 2006-2022 SHUNRIZE.com
Superman Henry Cavill

Man Of Steel, Destruction Massive !

Après avoir eu droit à une première franchise entamée à la fin des années 1970, avec Christopher Reeve dans le rôle-titre, puis à une pitoyable tentative de résurrection de la part de Bryan Singer (SUPERMAN RETURNS), Superman fait de nouveau parler de lui.

C’est au tour de Zach Snyder (SUCKER PUNCH) de s’attaquer aux origines de l’un des personnages les plus iconiques de l’univers DC Comics et de fêter par la même occasion en grande pompes son 75e anniversaire. Dans cette ultime mouture basée sur une histoire du réalisateur-producteur Christopher Nolan et de David S. Goyer (THE DARK KNIGNT RISES), il est question de destinée, de choix moraux et surtout d’un affrontement spectaculaire entre Superman et l’infâme Général Zod. L’humour et la maladresse de Clark Kent ne sont désormais plus de la partie.

Porté par une ambiance beaucoup plus sombre que ces prédécesseurs, MAN OF STEEL conserve toutefois en partie les développements présentés dans SUPERMAN de Richard Donner et SUPERMAN 2 de Richard Lester. Ici, l’absence du thème musical de John Williams sera certainement regretté par les plus puristes d’entre nous mais elle est amplement palliée par le score magistral de Hans Zimmer devenu incontournable à Hollywood.

Emmené par l’honnête performance du britannique Henry Cavill (BLOOD CREEK) qui mêle douceur et puissance, ce blockbuster estival épique nous offre sans conteste une évocation inspirée des origines de Superman dans sa première partie et d’impressionnantes scènes d’action qui feraient passer Michael Bay pour un petit joueur. À bien des égards, MAN OF STEEL atteint de rares sommets en tant que film d’action, de science-fiction et de récit initiatique.

Cependant, on déplore qu’il peine autant à faire vibrer notre corde sensible. Difficile en effet d’adhérer pleinement à la relation que notre super-héros Kryptonien entretient avec Lois Lane lorsqu’elle est si mal amenée ou encore d’éprouver de l’empathie pour ses conflits intérieurs lorsqu’ils sont passés au second plan au profit d’une orgie de destruction massive. Malgré ces quelques défauts, ces nouvelles aventures de Superman comporte suffisamment de bons moments de cinéma pour cautionner votre déplacement en salles ce mercredi.

Comments are closed.

Total
0
Share