Le magazine friand de découvertes
© 2006-2022 SHUNRIZE.com

Avis | Doctor Strange in the Multiverse of Madness

Le maître des arts mystiques est de retour dans son deuxième film solo. Mais ai-je succombé à Doctor Strange in the Multiverse of Madness, visible dès le 4 mai dans nos salles ?

Le premier volet avait engrangé près de 677 millions de dollars de recettes au box-office mondial et ensorcelé plus d’1,8 million de spectateurs dans l’hexagone. Six ans plus tard, la magie opère toujours sur moi.

Tout est chaos !

Nous voici transporté peu après les événements de Spider-Man : No Way Home. Le Dr. Stephen Strange (Benedict Cumberbatch) doit faire face aux conséquences du sort qu’il a jeté pour aider Peter Parker (Tom Holland). Les différentes réalités sont désormais fragilisées. Pire encore ! Il va devoir affronter un redoutable adversaire aux multiples visages…

Le Maitre des émotions

Vingt ans après avoir mis en scène la première trilogie Spider-Man, Sam Raimi (Jusqu’en enfer) s’attaque à un autre super-héros de l’écurie Marvel. Pour cette nouvelle incursion particulièrement attendue, ce conteur hors pair reprend les commandes laissées par Scott Derrickson (Sinister). Référence absolue en matière d’épouvante, il dissémine de savoureux éléments horrifiques et les ingrédients d’une tragédie. Une palpitante virée dans les dédales du multivers dans laquelle il injecte aussi sa folle créativité.

Benedict Cumberbatch as Dr. Stephen Strange in Marvel Studios' DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS. Photo courtesy of Marvel Studios. ©Marvel Studios 2022. All Rights Reserved.

Une symphonie d’action

En effet, on en prend plein la tronche, dès les premières secondes. Cascades vertigineuses, destructions massives, combats titanesques. Toujours aussi inventif, le singulier cinéaste déploie tout son savoir-faire au service d’un stupéfiant trip visuel. Amoureux des comic books, Raimi ne relâche pas une minute la pression, sans jamais perdre le fil narratif. Emmené par les compositions grandioses de Danny Elfman (Spider-Man – 2002, Dumbo), son Doctor Strange nous embarque instantanément, coupant toute envie de regarder sa montre.

Un vent de fraîcheur

Si on retrouve Wanda Maximoff (Elizabeth Olsen), Wong (Benedict Wong), Le Baron Mordo (Chiwetel Ejiofor) ou encore Christine Palmer (Rachel McAdams), ce 28e long-métrage parvient à redonner un second souffle au MCU. Abordé dans Spider-Man : No Way Home, et au cœur des séries Disney+ What If…? et Loki, les réalités alternatives sont l’occasion d’amener une flopée de nouveaux personnages. On retiendra notamment America Chavez incarnée par Xochitl Gomez (The Baby-Sitters Club) qui fait ses premiers pas sur grand écran. Mais également les Illuminati, un groupe de super-héros dont certains visages sont très familiers.

Xochitl Gomez as America Chavez, Benedict Wong as Wong, and Benedict Cumberbatch as Dr. Stephen Strange in Marvel Studios' DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS. Photo courtesy of Marvel Studios. ©Marvel Studios 2022. All Rights Reserved.

Surprenant par bien des aspects, Doctor Strange in the Multiverse of Madness est un spectacle total. Un grand huit graphique et émotionnel auquel je n’ai pu qu’adhérer. Note que le film contient deux scènes post-générique qui laissent présager d’exaltantes suites.

© Marvel Studios 2022. All Rights Reserved

Total
4
Share