Le magazine friand de découvertes
© 2006-2021 SHUNRIZE.com

Mon second trimestre à l’ère du Covid-19

Des espoirs déçus au dénouement inattendu en pleine crise sanitaire. Fin mars, j’évoquais ici les étapes de notre difficile parcours pour voir notre famille de 2 s’agrandir. Après un premier trimestre rythmé par de grosses inquiétudes, cap sur le second.

Au lendemain de l’échographie de datation, un poids immense disparaît de nos épaules. On décide alors de l’annoncer aux parents d’Alex et à deux de mes amies. En revanche, trois semaines de plus sont nécessaires pour en parler ouvertement autour de nous. Le déferlement d’amour qui s’ensuit fait un bien immense. L’année 2021 débute pas mal ! A 44 ans, me voilà donc primigeste de façon naturelle. Et si jusqu’ici, tout semblait abstrait, la suite de cette jolie aventure n’est pas du même acabit.

Un nouvel état d’esprit

Au 4e mois de grossesse, l’attente entre deux échographies parait toujours aussi interminable. Cependant, on se projette davantage dans notre future vie à 3. Choix du prénom, aménagement de sa chambre, commande d’articles de puériculture. On adore remplir son armoire de tenues mignonnes. N’ayant plus peur d’une énième fausse-couche, je m’achète également des vêtements adaptés et me surprends à parler à mon ventre. La joie éprouvée à la perspective d’avoir enfin un enfant est supérieure aux pensées parasites.

Notre gestion du COVID-19

La situation sanitaire est toujours très préoccupante. Si j’ignore le flot de news angoissantes, j’ai du mal à mettre le nez dehors. En effet, nos sorties se limitent aux visites médicales et aux coins isolés du bois de Vincennes. Quant aux courses, on opte pour la livraison à domicile. Aux petits soins, Alex continue de bosser depuis la maison. Dorénavant, il veut gérer toute l’intendance mais ma nature hyperactive refuse de le laisser faire. Cette période a beau être stressante, on la vit plutôt bien.

Rendez-vous à la maternité

Hôpital Trousseau, le 10 février. Covid oblige, Alex doit rester à l’extérieur. C’est donc seule que j’arpente les couloirs où nous avons vécu les fausses-couches. Les 2h d’attente rendent difficile l’abstraction des douloureux souvenirs. Toutefois, je me refuse à gâcher mon bonheur actuel. Durant la consultation, le Chef du service de médecine fœtale me confirme que l’ablation des fibromes exclut l’accouchement par voie basse. Une césarienne est programmée. Appréhendant pas mal la mise au monde de notre fille, cela me va. Autre bonne nouvelle, je vais être suivie jusqu’au 7e mois par mon adorable sage-femme.

Premiers contacts

5e mois. Pour commencer, cela s’apparente à des gaz qui éclatent dans mon ventre. Par la suite, je perçois dans ma paume de petits coups furtifs. Le 13 février, c’est au tour d’Alex de sentir sa présence au creux de mes entrailles. Submergés par une gamme d’émotions inédites, rien ne nous réjouit plus que de la voir déformer mon bide au gré de ses explorations. Cette expérience inoubliable nous rassure tellement !

L’échographie morphologique

Cabinet médical périnatal, le 3 mars. Sept semaines sans admirer notre fille, c’est long. Par conséquent, on est un peu sur les nerfs lors de cette échographie qui décèle d’éventuelles malformations fœtales. Mesures du crâne, des organes, des mains et des pieds. Vitalité des membres, mouvements respiratoires et de déglutition. Observation de son milieu (placenta, liquide amniotique). Notre sage-femme nous rassure rapidement sur son développement et entérine son sexe. L’entendre dire “parfait” à chaque déplacement de sonde est une douce musique à nos oreilles. On ressort sur un petit nuage.

Une ombre au tableau idyllique

Jusqu’à présent, je n’avais jamais eu de souci de glycémie. Pourtant à ce stade, la régulation du taux de sucre peut-être perturbée par les hormones placentaires.
Le 4 mars, j’ai droit au dépistage du diabète gestationnel. L’examen se déroule en trois temps. D’abord une prise de sang à jeun, puis deux autres 1h et 2h après l’ingestion d’une solution ultra sucrée. Résultat : ma glycémie à jeun est à 0.93 g/l (au-dessus du seuil de 0.92 g/l). Et bien que mes taux à 1h (1.64g/l) et 2h (1.40g/l) soient dans la norme, je fais du diabète gestationnel.
Inquiète pour notre santé, je diminue drastiquement ou supprime les aliments à indice glycémique élevé que je consomme encore et marche 30 minutes tous les jours.

Changements physiques et maux

Désormais bien visible, je m’émerveille face à ce ventre qui prend de l’ampleur. La nuit, mon meilleur allié est mon coussin en microbilles qui cale ma bedaine et mes genoux de retraitée. Autres nouveautés, un trait brun lézardant sur mon bidon et les veines de mes seins devenues apparentes. J’ai de la chance, rien de douloureux. Du côté de la balance, je reprends le poids perdu au premier trimestre et fini celui-ci avec 3 kilos de plus.
Enfin, j’ai un regain d’énergie car l’état nauséeux post-déjeuner a totalement disparu. Néanmoins, j’expérimente trois fois les malaises dus à la mise en place du placenta qui ponctionne une partie de mon sang.

Préparer la naissance à distance

6e mois. Ma sage-femme n’assurant plus les cours de préparation à la naissance et à la parentalité, une de ses collègues s’occupe de nous. Pendant plus d’1h, on fait le point sur nos besoins en termes d’accompagnement et exprimons nos appréhensions sans aucun jugement de sa part. Finalement, on choisit de suivre ensemble toutes les séances collectives qui se feront en visio-conférence. Lors du premier cours via Zoom, je me régale en voyant Alex autant intéressé par mon périnée 😁

Malgré les mesures restrictives mises en place en Ile-de-France, ce deuxième trimestre fut nettement plus épanouissant que le précédent. J’ai appris à hiérarchiser mes peurs et à ne pas harceler mes amies de questions au moindre doute. Le temps s’est soudainement accéléré et je me demande ce que nous réserve les prochaines semaines.

Crédits Photo © Shunrize.com

2 comments

  1. Allez ! Pour la peine et pour tes gentils encouragements, je te laisse un petit message. Tous mes vœux vous accompagnent toi et Alex dans ce chouette moment. Bientôt ne te resteront que de bons souvenirs de cette grande aventure

Laisser un commentaire

Total
388
Share
%d blogueurs aiment cette page :