Acclamé par la presse américaine et annoncé comme l’un des événements ciné majeur de 2018, BLACK PANTHER sortira ses griffes le 14 février prochain. Découvert ce lundi soir, voici 5 bonnes raisons de courir voir le souverain du Wakanda en action.

1 – UN HÉROS DIFFÉRENT

Apparu pour la première fois en 1966 et introduit au cinéma ½ siècle plus tard (Captain America : Civil War), le super-héros créé par Stan Lee et Jack Kirby se démarque par son statut de monarque et sa dimension mystique. Incarné par le magnétique Chadwick Boseman (Message from the King), T’Challa est ainsi attaché aux traditions ancestrales. Risque d’invasion, complots, coups d’État. Il doit à la fois protéger son peuple mais aussi faire face à des questions plus politiques.

2 – LA PATTE DE RYAN COOGLER

Après CREED et FRUITVALE STATION, le réalisateur américain nous propose encore une galerie de personnages vibrante de réalisme. Qu’il s’agisse de Black Panther ou de sa Némésis Killmonger alias Michael B. Jordan (Chronicle), on prend plaisir à percevoir leur fragilité derrière leurs capacités surhumaines.
A travers les agissements d’Ulysses Klaue aka Andy Serkis (Avengers : L’Ère d’Ultron), prêt à tout pour obtenir du vibranium, il parvient même à évoquer habilement l’exploitation des terres africaines par l’Occident.

3 – DES GUERRIÈRES D’ÉLITE

Les wakandiennes ne sont absolument pas des demoiselles en détresse. Dans la peau d’une redoutable générale Dora Milaje, Danai Gurira (The Walking Dead) est effectivement toujours aussi badass. Quant à Lupita Nyong’o (Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi), elle n’est pas là non plus pour enfiler des perles. Prépare-toi à des affrontements à couper le souffle.

4 – SON UNIVERSALITÉ

Abnégation, altruisme, loyauté, courage ou encore combativité. Comme tout bon film de super-héros, BLACK PANTHER n’oublie pas de véhiculer de belles valeurs. Une preuve inéluctable qu’il n’est pas là uniquement pour flatter un auditoire noir.

5 – UNE PRINCESSE HORS NORME

Malgré tout l’amour que je porte à Danai, s’il y a un personnage que j’ai particulièrement kiffé c’est bien celui incarné par l’actrice britannique Letitia Wright (BLACK MIRROR). Brillante, drôle et combattante émérite, la princesse Shuri, sœur de T’Challa, crève littéralement l’écran. Difficile de résister à cette jeune femme pleine de ressources. Hâte de la revoir dans READY PLAYER ONE de Steven Spielberg.

BLACK PANTHER n’est pas exempt de défauts, certains de ses effets spéciaux laissent parfois à désirer et son récit s’octroie des raccourcis faciles. Pourtant, il figure parmi les meilleurs chapitres du MCU.

Enfin, espérons que ce divertissement d’envergure représentant les noirs autrement qu’en comique/sidekick/bad guy de service et qui ne s’axe pas autour d’injustices raciales initiera un nouveau cap à Hollywood. Et qu’à l’avenir nous verrons plus de diversité dans les rôles et plus aucun cliché communautaire.

5 Réponses

Laisser un commentaire