Après avoir fait connaissance avec La Bossapas®, on te propose de poursuivre son exploration. Au programme de cette seconde boucle : 10 km au cœur de la Forêt domaniale de Meudon.

La randonnée débute à Sèvres, à deux pas de la station Capucins du bus 179 (Zone 3). Ce bus est notamment accessible depuis la ligne 9 du métro à Pont de Sèvres.

Départ & Arrivée : Capucins, Bus 179
Durée estimée : 4h
Distance estimée : 10 km
Balisage : rouge-blanc et jaune

On remonte la rue des Bruyères pour traverser la N 118 d’où l’on voit la Tour Eiffel. Au bout de la passerelle, on prend à gauche pour rejoindre le GR2 qui pénètre dans la Forêt de Meudon. Situé sur la rive gauche de la Seine, ce massif forestier au relief escarpé s’étend sur 1 086 hectares. Réparti sur six communes des Hauts-de-Seine (Chaville, Clamart, Sèvres, Meudon) et des Yvelines (Vélizy et Viroflay), il faisait partie de la Forêt de Rouvray, qui recouvrait l’actuelle banlieue ouest de Paris.

En traversant la D 181, on laisse le GR2 pour remonter la route forestière de l’Étang St. Denis où passent le sentier des bois (PR 5, balise jaune) et le GRP de la Ceinture verte de l’Île-de-France (balise jaune-rouge). Dans le parc forestier de la Mare Adam, à proximité du cimetière et de la Gare SNCF de Chaville Rive-Gauche (Ligne N), on trouve un site d’accrobranche. Ouvert en mars 2019, l’Accrocamp est accessible dès 3 ans et propose aux amateurs de sensations fortes un parcours culminant à 18 mètres.

On poursuit sur la route de la Morte Bouteille jusqu’à l’Étang de l’Ursine. Il doit son nom à un ancien village, détruit pour construire un parc de chasse autour du château du seigneur de Chaville. Bordé de peupliers, ce cadre champêtre était un haut lieu de guinguettes durant la Belle Époque.
La grimpette recommence ! Le soleil étant au rendez-vous, on se réjouit de la fraîcheur des sous-bois. Juste avant de redescendre jusqu’à la Route sablée, on découvre les restes d’une cabane de bûcheron. La tentation est trop forte pour Alex qui monte immédiatement sur son toit 🐒

En bas du sentier rocailleux, on prend à droite. Devant nous : la pente interminable de La Route Sablée. Tandis que ses copains préfèrent mettre pied à terre, un courageux cycliste se risque à la monter à vélo. Une fois là-haut, son visage écarlate confirme que ce n’était pas une super idée. A l’Étoile du Pavé de Meudon, on peut voir la Tour hertzienne de Meudon (1953) qui culmine à 95 mètres de hauteur.

On reprend notre souffle en cheminant jusqu’au Chêne des missions. Malgré ses 32 mètres d’envergure, c’est surtout la présence de faux mégalithes autour de lui qui attire l’attention. Installés en 1895 par des missionnaires d’origine bretonne, ces 3 dolmens et ce menhir lui confèrent un air mystique.

Au carrefour, on s’engage à gauche sur la Route Forestière Royale. On arrive bientôt à l’Aqueduc du Croisement. Restauré en 2007 par l’ARHYME, il fait partie du réseau hydraulique du domaine royal de Meudon. On poursuit en passant sous la N 118 pour atteindre l’Étang de Villebon niché en bordure de la route de la Patte d’oie. Alimenté essentiellement par le ruissellement des eaux de pluie de la nationale, il servait au jet du bassin du Grand ovale. Désormais, c’est un coin paisible pour les pêcheurs qui viennent pour les brochets, sandres, carpes et perches.

La randonnée continue via le GRP sur la Route de Villebon à Villacoublay, jusqu’au petit pont de pierre de l’Étang de Meudon. Puis, on monte encore à gauche via le PR jusqu’au parcours sportif.

En longeant l’enceinte en pierres de l’ancien domaine de Meudon, on aperçoit le mur périmétrique du Vieux Réservoir construit sur l’emplacement d’une ancienne briqueterie qui exploitait un gisement d’argile en 1544. A son pied, fleurissent des fraisiers des Indes (Duchesnea indica) que l’on confond souvent avec des fraises des bois.
On suit l’enceinte jusqu’à la Cavalière de la Glacière qui mène au Complexe sportif Marcel Bec. Enfin, on prend à droite la Route des Gardes, encore à droite l’Avenue Jules Gévelot où passe le GR2 qui nous ramène à l’arrêt Capucins du bus 179.

Bilan de cette seconde portion de la Bossapas : fatigués mais ravis par les paysages qu’elle propose. Avec davantage de pentes raides, elle a effectivement mis à rude épreuve nos jambes et nos chevilles. Dès lors, on appréhende un peu la dernière étape prévue dans la Forêt de Fausses-Reposes 😆

© Crédits Photos – S H U N R I Z E.com

Laisser un commentaire