Nouveau-Mexique, 2029. Wolverine (Hugh Jackman), le cynique mâcheur de cigare à l’improbable taille de barbe n’existe plus. Acculé par les Reavers, de redoutables cyborgs anti-mutants, l’invincible guerrier que nous connaissions s’est mué en une épave vieillissante.

Ceux qui lui insufflaient la volonté de se battre ayant disparu, il cherche désormais une bonne raison de vivre. Entre cette famille perdue, celle qui lui reste et celle qui va s’imposer à lui, Logan est plus vulnérable que jamais…

Ultimes combats

Un premier chapitre lamentable, un second nettement moins naze mais dont j’arrive à peine à me souvenir. Autant vous dire que je n’attendais vraiment pas grand-chose de cette ultime aventure centrée sur l’homme aux griffes d’adamantium.

Après X-MEN : DAYS OF FUTURE PAST, Hugh Jackman nous avait promis quelque chose de différent pour sa huitième et dernière apparition sous les traits de cette figure majeure de l’écurie Marvel.

Visible sur nos écrans à partir du 1er mars, cette ultime danse macabre est sans conteste la plus réussie et mérite même sa place au panthéon des meilleurs films de super-héros.

Logan, James Howlett, Weapon X, Wolverine ou Serval à ses débuts chez nous. Depuis 43 ans, ce surhomme aux multiples noms n’a cessé d’encaisser les coups mortels à travers les pages de comic-books, d’adaptations animées, cinématographiques ou encore vidéoludique.

Qu’il soit un mercenaire victime d’expérimentations scientifiques, un Ronin exilé au Japon, un membre des X-Men ou des Avengers ou encore fiché comme l’ennemi public N°1, notre mutant au tempérament solitaire et agressif a toujours considéré ses pouvoirs comme une malédiction. Une constante implacable qui résonne de toutes parts dans le sombre western dystopique proposé par James Mangold (3H10 POUR YUMA, WOLVERINE : LE COMBAT DE L’IMMORTEL).

Affublé d’une mention «Rated-R» qui interdit son visionnage aux moins de 17 ans aux États-Unis, son métrage s’affranchit judicieusement des codes habituels. Laissant libre cours à la fureur de son héros qui lutte contre ses propres démons, il nous livre ainsi des séquences d’une ahurissante brutalité.

Mais au-delà de la violence viscérale, l’attachante relation qu’il entretient avec le professeur Xavier (Patrick Stewart) et l’arrivée d’une jeune orpheline, incarnée par l’exceptionnelle Dafne Keen (THE REFUGEES), permettent également à notre Logan, lui-même orphelin, d’exploiter une facette qu’on ne lui connaissait pas encore. Jouissifs, ces adieux sont donc tout aussi émouvants et risquent fort de mettre la larme à l’œil aux fans de la première heure.

4 Réponses

    • Val

      Pus qu’une semaine 😉
      C’est un graphiste qui bosse dans le jeu vidéo qui l’a faite. Il a fait d’autres illus vraiment chouettes. Je comptais d’ailleurs en parler sur le blog très vite 🙂

      Répondre
  1. kathleenbsq

    Olala, je suis encore plus pressée de le voir maintenant. Merci pour ce court résumé, je trouve que c’est juste ce qu’il faut pour ne pas trop en dire, mais néanmoins délivrer l’essentiel!

    Répondre
    • Val

      Merci. J’ai essayé de ne pas trop gâcher le plaisir de la découverte.
      Note aussi qu’il y aura une scène/teaser pré-générique. Nous ne l’avons pas vue mais visiblement elle sera présente en salles 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.