Le magazine friand de découvertes
© 2006-2022 SHUNRIZE.com

3 jours au Festival Rock en Seine 2011

Je voudrais en préambule remercier Jean Loup, qui m’a accompagné durant trois jours et fut une sorte de Maitre Yoda du Rock pour pas mal de groupes, certaines infos sont de lui, donc rendons à César…

VENDREDI 27 AOÛT 2011
Smith Westerns : Le groupe avait surprit avec un deuxième album Glam Rock après un premier au son garage. Le live de ces jeunots de 20 ans fut dans la veine de leur second opus, plus proche de leurs aspirations personnelles. Les fans purs et durs des Foo Fighters ont endurés un déferlement de jeunes fous-fous à mèches qui sautillaient de partout. Le mélange était amusant dans la fosse. Pour ma part, j’ai plutôt bien apprécié, groupe à suivre.
Seasick Steve : Ma révélation du festival! Un vieux routier bluesman qui a envoyé du lourd au cœur tendre devant un public conquis. Bricoleur de grattes il a sortit sa collection de bizarreries de bric et de broc pour notre plus grand plaisir. Et… OH MON DIEU QUEL BATTEUR !!! Le groove, la puissance la vitesse… Un monstre.
Herman Dune : Déception de la journée. Je suis très fan, et j’ai trouvé qu’ils n’étaient pas à leur place, trop grande scène, la distance avec le public semblait gigantesque ! Peut être un mauvais jour aussi. Je retournerai les voir dans une petite scène pour me faire une idée définitive.
CSS : Dynamique, Pétillant, mais pour ma part étranger, donc je laisse les connaisseurs critiquer. Bon moment toutefois.
The Kills : Encore une grosse déception, mais là technique ! Saturation insupportable, son craché, un live foutu en l’air par des choix de réglages expérimentaux. Dommage car le duo ont tout fait sur scène pour faire flamber la grande scène.
Foo Fighters : Deux heures de concert… j’ai vu Dave, c’était … Vas-y Gilles continue, je peux rien dire je suis encore sous le choc… Premier slam.


Smith-Western


Seasick Steve


Herman Dune

SAMEDI 28 AOÛT 2011
The Black Box Revelation : Concert sympathique, parfait pour commencer en bonne condition une deuxième journée ! Comme d’habitude sur la scène de la Cascade, l’ambiance est au rendez-vous !
Cage The Elephant : J’allais de scène en scène lorsque je tombais sur un blondinet en train de sauter partout sur scène, hurler sa rage sur fond de guitares hystériques, je m’arrête… le furieux saute dans la foule et fais un superbe slam jusqu’à la moitié de la foule. Hum, intéressant. Il répète la performance plus tard, y’a pas à dire, cette scène de la cascade est pleine de surprise ! Les mélodies sont efficaces, simples mais bonnes, merci pour la découverte !
Blonde Redhead : Désolé de dire ça mais là le lever à 10h30 après une journée de concert me pesait et les superbes mélodies de la belle japonaise et de ses deux acolytes transalpins m’ont tranquillement mais surement menés vers une bonne sieste. Mais c’est un excellent souvenir, très bon concert ! Et ce n’est pas de l’ironie.
BB Brunes : … mon seul concert qui fut perturbé par la pluie, est-ce un signe ? je ne le pense pas… mais à cause d’elle j’ai du subir plus longtemps que prévu cette… bref…
Cocorosie : Deux impressions sur ce concert. Premièrement, déroutant, je n’ai pas reconnu du tout un groupe que j’écoute pas mal et apprécie énormément. Deuxièmement, dépaysant et très intéressant, fascinantes chanteuses qui m’ont transporté très loin. Bon… des personnes qui n’avaient rien à faire là faisaient des réflexions salaces en criant, c’est la première fois que j’insulte quelqu’un dans un concert. Mais cela fait du bien.
Interpo : Propre, carré, un concert en costard. La voix grave du chanteur a mis en transe un public de fans connaissant pas mal de leurs chansons par cœur.
Death From Above 1979 : Le concert sauvage de la journée, je n’en ai que trois photos parce qu’après … le duo a lâché les fauves, j’ai entendu les premiers cris de guitares de “Turn It Out” et la scène a commencé à se retrouver devant puis derrière des épaules à moitié visibles s’entrechoquaient, je ne comprenais plus rien, bref, je me serais cru à une projection de “Transformers” ! La malédiction de Death From Above a recommencé avec un type qui s’est fait bastonner et un attaque de régie, certains n’aiment pas, d’autres trouvent ça rock and roll, je vous laisse juger. En tout cas quel concert ! je vous recommande ce groupe si vous aimez quand ça bouge.
Arctic Monkeys : Alex Turner, look de Cry baby avec perfecto et gomina, nous lance un “I AM A ROCKSTAR” (il a pas tort) et c’est parti. Le son est parfait, le set magnifique, le public, autant jeune que vieux, rockeur que bourrins étaient ensemble pour célébrer l’un des concerts les plus attendus des trois jours. Et quel concert. Mon pote Jean Loup qui en était à son quatrième me le confirme : “mec ils ont la maturité, c’est le meilleur que j’ai vu !!”. Dans une fosse transformée en bourbier par l’averse, j’ai vécu mon baptême des singes.


Cage the Elephant

Cocorosie

DIMANCHE 29 AOÛT 2011

The Vaccines : Super concert, normalement je ne suis pas le public cible, les ritournelles et les effets de cheveux du groupe anglais est plus à destination des filles, mais quelle efficacité de mélodie, ils m’ont mis “Post Break Up Sex” dans la tête pendant 4 jours et encore ça me revient par moment. Le public, en majorité venu voir Deftones fut glacial pendant un moment mais s’est réchauffé peu à peu (le premier concert de la grande scène est souvent casse gueule). Ce concert m’avait remis en scelle pour ce dernier jour.
François and The Atlas Mountains : Je n’ai fait que passer mais ce duo fut assez intéressant à écouter, avec des percus très prononcées et un son passant du rock basique à l’electronica tendance. A suivre !
Cat’s Eyes : L’autre groupe du chanteur des Horrors, très lent, avec le chant lancinant et ultra grave de Farris Rotter et Rachel Zeffira au chant soprano et à divers instruments comme le clavier, hautbois… Assez difficile d’accès mais intéressant.
Simple Plan : Alors là passer de Cat’s Eye à Simple Plan c’est le grand écart. Franchement ce « punk rock » canadien m’a laissé de marbre, autant écouter de bon groupe de skate comme Pennywise si on veut du rapide, Lagwagon si on veut des mélodies ultra efficace, ou Blink si on veut du classique devenu commercial. J’ai subi la fin car trop fatigué en attendant Deftones.
My Chemical Romance : On doit pouvoir aimer… mais pas moi le visuel du groupe m’horripile déjà au départ (le chanteur qui mime un coït avec la scène ou tire la langue) on dirait un groupe ultra répréhensible super rebelle, alors qu’en fait ils font de la musique pour midinettes et doivent rentrer chez leurs moment après… bon je m’égare, ils doivent certainement avoir une vie plus rock que moi mais j’ai du supporter ça pour voir Deftones, j’en fut fort marri…
Deftones : Bon moi j’étais tout devant avec les brutes donc de toute façon le son était pourri et tout le monde hurlait, donc je n’ai pas remarqué les problèmes de mixage ou de sons. Ce que j’en retiens c’est un public de gros costauds qui ont faillit pleurer en voyant Chino, de nouveau mince et sautant partout nous cracher sa hargne à la figure, moi le premier. Un mélange de “Diamond Eyes” et des précédents opus savamment mélangés, le public était chauffé à blanc, je me suis même jeté dans un mosh pit des plus brutal, mais c’était bien parce Deftones était là… Second slam.
Archive : La tradition du concert de clôture messianique fut perpétuée par Archive accompagné d’un orchestre symphonique qui allait très bien avec l’ambiance du groupe. Le son, nickel, les lumières, impressionnantes, en un mot : apothéose.

Deftones


Archive

2 comments

  1. merci bien, j’ai voulu rendre compte de MON expérience, c’est à dire celle d’un gars qui veut absolument être devant quitte à mal entendre ou être entouré de crétins (mon Dieu Cocorosie quelle horreur) et qui a pogoté sec pendant trois jours, c’est un parti prit

Comments are closed.

Total
0
Share
%d blogueurs aiment cette page :