Le magazine friand de découvertes
© 2006-2022 SHUNRIZE.com

La Saga X-Men

Enfant, j’avais pour habitude de piquer les comics (Strange et Titans) de mon grand frère et de mes cousins pour me régaler de ces histoires extraordinaires. Fan de Spider-Man et surtout de Wolverine, j’avais hâte de voir un jour leurs aventures adaptées correctement au cinéma.

Ces dernières années, les super-héros ont le vent en poupe et ce n’est vraiment pas pour me déplaire même si je l’avoue il y a eu pas mal de daubes sur nos écrans. La saga X-Men n’en fait pas partie ou plutôt ses 2 premiers opus.

X-MEN

Créée par Stan Lee et publiée pour la première fois en 1963, l’aventure des X-Men est rapidement devenue un comic-book culte à travers le monde. Il incombe donc à Brian Singer la lourde tâche d’adapter au cinéma ce succès de librairie. Le film n’est pas l’adaptation d’un épisode de la BD en particulier, mais fait intervenir des personnages des différentes époques de la série.

Il s’agit d’une belle métaphore sur le racisme et l’extrémisme. Quelques-unes des meilleurs scènes du film ont ainsi comme sujet la mise à l’écart des mutants par les humains. On comprend qu’une dualité s’est installée au sein de la communauté des mutants. Il y a le professeur Xavier véhiculant des messages d’espoir, de paix, de respect et Magnéto qui veut déclencher une guerre et installer la suprématie des mutants. L’éternelle lutte…

Hugh Jackman crève l’écran dans son rôle charismatique de Wolverine. Le mystère qui règne autour de son histoire transporte le spectateur. On a hâte d’en découvrir un peu plus sur ce personnage torturé. Dès lors, même si nous n’êtes pas vraiment fan de l’univers des comics, ce métrage vaut vraiment le déplacement. En effet, la qualité des effets spéciaux mais également l’excellent jeu des acteurs, Hugh Jackman en tête, en font un excellent divertissement.

X-MEN 2

Toujours considérés comme des monstres par une société qui les rejette, les mutants sont une nouvelle fois au centre des débats alors qu’un crime effroyable commis par l’un d’eux relance la polémique autour de l’Acte d’Enregistrement des Mutants et le mouvement anti-mutants, dirigé par l’ancien militaire William Stryker. Quand ce dernier lance une attaque contre l’école de mutants du Professeur Charles Xavier, les X-Men se préparent à une guerre sans merci…

Ce second opus débute en trombe avec une scène mémorable avec le mutant Diablo. Bien que l’action soit le fer de lance de cet épisode, il s’inscrit dans la continuité du précédent épisode en nous construisant ces personnages avec grand soin. Brian Singer ne se contente d’ailleurs pas de creuser les héros déjà existants, ni même d’en injecter d’autres dans le circuit, il pose les bases d’un troisième film…

Le réalisateur nous offre en effet quelques apparitions suffisamment prometteuses pour nous mettre l’eau à la bouche. On retiendra ainsi Colossus, Syrin ou Kitty Pride. L’humour tient également une place prépondérante dans cet opus ce qui n’est pas pour me déplaire.

X-MEN : L’AFFRONTEMENT FINAL

Laisser les rennes de ce troisième opus à Brett Ratner ne semblait pas être un choix très judicieux. En visionnant X-MEN 3, nos craintes sont malheureusement amplement justifiées. Ce film est franchement médiocre !

La résurrection de Phoenix, l’apparition de nouveaux mutants, un vaccin contre le gêne mutant, les triangles amoureux (Iceberg / Shadowcat / Malicia et Jean Grey / Wolwerine / Cyclope), le combat final entre mutants et forces gouvernementales. Cela donne à l’écran, un film qui n’arrive jamais à tirer profit des ses intrigues à force de trop vouloir en développer.

Les nouveaux personnages n’apportent rien et on se demande ce qu’ils font là. On fait également disparaître les héros des précédents opus : Diablo qui est carrément absent du casting, Cyclope et Le Professeur Xavier qui sont tués dés le début du film.

De plus, on passe du coq à l‘âne sans arrêt, d’une scène à l’ autre, les enchaînements des séquences ne sont pas synchrones. Ce qui sauve peut-être le film ce sont les effets spéciaux époustouflants, notamment une scène mémorable où Magneto soulève le pont du Golden Gate jusqu’à la prison d’Alcatraz.

X-MEN 3 est une œuvre brouillonne qui laisse un sentiment de frustration surtout lorsqu’on a autant aimé que moi les deux précédents opus livrés par Singer.

Total
0
Share