Le magazine friand de découvertes
© 2006-2021 SHUNRIZE.com

Valentine’s Day – Critique

Les destins croisés de couples qui se séparent ou se retrouvent, de célibataires qui se rencontrent à Los Angeles, le jour de Saint-Valentin…

Après Noël et Thanksgiving, il n’est pas rare de voir Hollywood s’attarder sur la St Valentin propice aux débordements affectifs : JE HAIS LA SAINT VALENTIN, MEURTRES A LA SAINT VALENTIN, MORTELLE SAINT VALENTIN, MASSACRE A LA SAINT VALENTIN… Décriée ou encensée, ce qui est immuable ce sont bien les sentiments contradictoires que cette célébration suscite. Trois ans après son dernier film, Gary Marshall nous revient avec une comédie romantique autour de cette fête et retrouve pour l’occasion Anne Hattaway, Julia Roberts et Hector Elizondo qu’il avait respectivement dirigé dans les deux épisodes de PRINCESSE MALGRÉ ELLE et le cultissime PRETTY WOMAN. Lorsque j’ai regardé le casting, la première chose qui m’est venue c’est qu’il regorgeait d’une pléthore d’acteurs révélés par des séries télé. Jugez plutôt : Topher Grace et Ashton Kutcher de THAT’S 70 SHOW; Bradley Cooper et Jennifer Gardner d’ALIAS; Eric Dane et Patrick Dempsey de GREY’S ANATOMY; Jessica Biel de 7 A LA MAISON et enfin Jessica Alba de DARK ANGEL. Autant vous dire que je me sentais en territoire familier et que le capital sympathie était d’ors et déjà acquis.

Vous l’aurez compris VALENTINE’S DAY est un film choral et l’importante distribution permet de ratisser large. Des premiers émois au vieux couple, chacun pourra plus ou moins s’y retrouver. Personnellement, le processus d’identification n’a pas fonctionné et c’est peut-être pour cette raison que je n’ai pas accroché davantage à ce film. Lorgnant du côté de l’inoubliable LOVE ACTUALLY, je dois vous avouer que je l’ai trouvé un cran en dessous de son illustre modèle. A vouloir en mettre pour tout le monde, on se retrouve notamment avec un couple vraiment dispensable, celui de Taylor Swift et Taylor Lautner dont la présence tient uniquement au public qu’ils sont susceptibles d’amener en salle. Pour autant, si l’émotion ne m’a pas étreint comme avait pu le faire le film de Richard Curtis, VALENTINE’S DAY se regarde sans déplaisir et vous réserve quelques bons moments. A prendre pour ce qu’il est : une comédie romantique sans prétention.

2 comments

  1. Tout dépend ta part de féminité :mrgreen:
    mais honnêtement concernant les mecs je le trouve dispensable.

  2. C’est un chick flick, mais est ce que ca a le moindre intérêt pour un mec ? Pour savoir si je le rajoute sur ma watch list ou pas…

Comments are closed.

Total
0
Share
%d blogueurs aiment cette page :