Contrairement aux idées reçues, la capitale cache en son sein des endroits reposants où il fait bon vivre. En ce dimanche ensoleillé du mois de mai, nous partons donc en vadrouille dans le 13e, au sud-est de Paris, pour en découvrir quelques-uns.

Notre balade débute dans le 13e arrondissement entre le boulevard Kellermann et le boulevard périphérique, à quelques mètres de la station de tramway Poterne des peupliers.

LE PARC KELLERMAN

Nous voici dans le plus grand espace vert du 13e arrondissement. Ce parc qui s’étend sur 5,6 hectares fut créé sur l’ancien lit de la Bièvre en 1937, après la destruction des fortifications de Thiers.

Ces jardins sur trois niveaux témoignent de la géographie de la Bièvre et de sa vallée. Réaménagé en 1960, le Parc Kellermann dispose d’aires de jeux, d’appareils de fitness, d’un terrain de football, de courts de tennis et même d’un rucher. Fondé par l’Association l’Abeille Parisienne, ce dernier initie les enfants à l’apiculture.

Ici, les arbres sont magnifiques et on peut observer quelques canards barboter sur le petit plan d’eau. La promiscuité avec le périphérique peut gêner à certains endroits, notamment près de nos amis les abeilles mais globalement ce lieu s’avère très paisible.








JARDIN DU MOULIN DE LA POINTE

Nous traversons ensuite le boulevard de Kellermann pour nous rendre au Jardin du Moulin de la Pointe. Dominé par les 112 mètres de la Tour Super-Italie, il fut élaboré en 1992 puis étendu en 2003 par le paysagiste Gilles Vexlard. Son nom rappelle l’existence passée du moulin de la Pointe de Gentilly.



LA PETITE CEINTURE

Nous rebroussons chemin pour faire un tour dans le nouveau tronçon de la Petite Ceinture ouvert au public. Prairies, talus, massifs d’arbres, peupliers, transats en bois. Situé à proximité  immédiate de l’éco-quartier de la gare de Rungis, ce petit écrin de verdure fait partie d’une ancienne voie ferroviaire. Longue de 32 km, elle fut construite autour de Paris sous le Second Empire (1852-1870) et utilisée par les trains de marchandises jusqu’en 1991.







LA CITÉ FLORALE

Nous rejoignons la rue Brillat-Savarin jusqu’à la rue des Glycines. A quelques mètres de grandes barres d’immeubles, La cité florale porte bien son nom. Construite sur un ancien étang alimenté par la Bièvre, elle regroupe depuis 1928 de jolies maisons de ville abondamment fleuries. Accueilli par un adorable rouquin, nous prenons le temps de flâner dans ses ruelles qui sentent bon la glycine.






RUE DIEULAFOY

Nous rebroussons chemin jusqu’à la place Rungis, empruntons la rue de la fontaine Mulard, passons le square Paul-Grimaud, prenons à droite la rue de la Colonie, puis la rue Henri Pape. A sa droite la rue Dieulafoy avec leurs toits en ardoises et leurs façades aux couleurs pastel. Comment ne pas tomber immédiatement sous le charme de ses jolies petites maisons méticuleusement alignées ?




LE SQUARE DES PEUPLIERS

Nous empruntons la rue Moulins des prés. Au numéro 72 se cache une voie pavée triangulaire, le Square des Peupliers. Construit en 1926 cet îlot de maisonnettes fait la part belle au lierre. Moins lumineux que nos précédents arrêts, il possède toutefois cette beauté si singulière qui lui donne un air de petit paradis.







LA VILLA DAVIEL

Hop, hop, hop ! Après une pause gourde au square Paul Verlaine, nous reprenons le circuit de notre balade. Nous suivons la rue des Moulinet, traversons la rue Bobillot, prenons à gauche la rue Martin Bernard, la rue Michal et enfin à droite la rue Daviel. Décidément, les chats savent où se trouvent les meilleurs spots du quartier.

Située non loin de la Butte aux Cailles, cette petite impasse pavée est bordée de maisons ouvrières en brique et meulière. D’un blanc immaculé, la mienne (enfin celle que j’achèterai quand je serai riche) est située juste au fond 😆

En face au numéro 10, il y a une résidence que l’on appelle La Petite Alsace. Cette ancienne cité ouvrière datant de 1913 est composée de constructions à colombages. Pour la découvrir un peu plus en détail, il est possible de pousser la barrière bleue de l’entrée mais il ne faut surtout pas dépasser la boite aux lettres.






LA BUTTE AUX CAILLES

Bon c’est bien beau tout ça mais une telle promenade, ça creuse ! Direction la Butte aux Cailles pour se prendre un petit encas. Si tu aimes le street art, tu seras comblé(e) en arpentant cette rue et celles qui la bordent.

Côté bouffe, il y a pas mal de choses qui nous donnent envie. Nous finissons par échouer dans le restaurant Les Tanneurs de la Butte, situé à l’angle de la rue de la Butte aux Cailles et de la rue Samson. Au menu : 1 verre de rouge et une planche de fromages. Un repas délicieux et un service impeccable. Encore un point positif pour ce quartier qui a su conserver une âme de village.









Notre balade s’achève bientôt à la Place d’Italie. Retrouve le tracé de notre parcours ci-dessous, j’ai également indiqué les différents points d’eau se trouvant à proximité.

J’espère que tu éprouveras autant de plaisir que moi à découvrir ses petits joyaux parisiens dont le charme est démultiplié aux beaux jours. Et si tu connais des endroits aussi dépaysants au sein de la Capitale, n’hésite surtout pas à me le faire savoir.

© Crédits Photos – S H U N R I Z E.com

4 Réponses

  1. Vanessa

    Balade faite aujourd’hui avec récompense à la tropicale près de place d italie pour de tres bonnes glaces originales, merci !

    • Val

      Coucou Vanessa,
      Après l’effort, le réconfort est primordial 😉
      J’espère que la balade t’a plu.

  2. Myriam Celeste

    Merci pour ce bel article c’est trop beau !

    • Val

      Merci, contente que ça te plaise ❤
      Avec ce soleil, la balade était vraiment chouette.
      Des bisous !