Le magazine friand de découvertes
© 2006-2021 SHUNRIZE.com
Iron Man, Ultron and Captain America

Avengers : l’ère d’Ultron, un opus en demi-teinte

En salles le 22 avril prochain, AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON promettait d’être monstrueux en confrontant notre clique de super-héros à Ultron, une intelligence artificielle créée par Tony Stark/Iron Man qui souhaite éliminer l’espèce humaine. Qu’en est-il vraiment ?

Avril 2012. Pour la première fois Marvel Studios réunissait à l’écran une Dream Team héroïque dans un même film, sous la direction de Joss Whedon. Résultat : AVENGERS smashait littéralement le box-office en engrangeant 1,5 milliard de dollars de recette à travers le monde.

Durant les trois années qui suivirent, Marvel et sa maison mère Disney attisèrent, à grand renfort de vidéos, de photos et d’affiches, notre envie de voir la suite de leur aventure commune.

En sortant de l’avant-première, mardi dernier, je ne vous cache pas que la sensation désagréable de ne pas avoir pris totalement mon pied ne me quittait pas. Une semaine après, mon avis reste malheureusement le même : ce second volet n’est pas celui que j’espérais.

Si dans AVENGERS, Whedon avait su trouver le juste équilibre entre action bourrine et scènes d’exposition, il nous livre ici une partition assez décevante. Entre une menace à peine perceptible et des sous-intrigues superflues qui plombent sérieusement le rythme du métrage, difficile d’être autant emballée que la fois précédente.

Quant à la 3D, j’ai encore du mal à comprendre l’intérêt d’offrir une expérience aussi médiocre aux spectateurs. Loin d’être la claque sans précédent annoncée, AVENGERS 2 possède tout de même des attraits.

Pourquoi aller voir Avengers 2 ?

Orgie de super pouvoirs, destruction massive et combats dantesques. Pourvu d’un budget colossal de 250 millions d’euros, le blockbuster a la bonne idée de nous proposer des scènes d’action hallucinantes. Ainsi, nous prenons un réel plaisir à voir nos héros combattre ensemble.

On apprécie également la place plus importante laissée à un certain personnage et l’apparition de nouveaux protagonistes, notamment ceux introduits dans la scène post-générique de CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER. Incarnés par Aaron Taylor-Johnson et Elizabeth Olsen, ils ne se contentent pas de faire de la figuration et apportent une fraîcheur salutaire au récit.

En outre, cette suite de AVENGERS prépare minutieusement le terrain pour les prochains métrages, en esquissant par exemple les divergences entre Stark et Rodgers (CAPTAIN AMERICA : CIVIL WAR, prévu le 4 mai 2016).

A défaut de conclure glorieusement la Phase 2 de l’Univers Cinématographique Marvel, AVENGERS : L’ÈRE D’ULTRON se laisse regarder.

Comments are closed.

Total
0
Share