Cet été, on a choisi d’explorer la portion yvelinoise du GR 26 qui court de la Capitale aux rivages normands. Aujourd’hui, on entame la dernière étape de notre périple qui nous mène de Bonnières-sur-Seine aux portes de l’île de France.

Le tracé pour cette randonnée n’est pas disponible mais il suffit de suivre les balises blanche et rouges du GR. A partir de la gare, il faut faire bien attention car le GR 2 passe également par ici. Pour récupérer le GR 26, il faut emprunter la rue de la gare.

Départ : Bonnières, Ligne J
Arrivée : Vernon, TER
Durée estimée : 6H
Distance estimée : 22 km
Balisage : blanc-rouge

BONNIERES-SUR-SEINE

Samedi 1er août, le beau temps est au rendez-vous. Nous voici de retour à Bonnières-sur-Seine. Située sur un méandre de la Seine appelée « La Vallée aux cent corniches », cette petite ville de l’ouest parisien a connu son apogée industrielle dans les années 1960 avec la venue de la société Singer, fabricant de machines à coudre. Les murs de briques rouges et la tourelle siglée de l’ancienne manufacture sont d’ailleurs encore visibles sur le site industriel.

Près de la Poste se dresse l’Église Notre-Dame-du-Mesnil-Regnard, une jolie chapelle en pierre datant de 1740. En face, au cœur d’une promenade arborée, nous retrouvons trois arcades provenant du Château de Buron (1610).

On monte la rue Gambetta par la droite pour rejoindre les abords du bois des bruyères, puis ceux de la Houssaye. On croise quelques chevaux avant de pénétrer dans le bois de la Roquette.

LA VILLENEUVE-EN-CHEVRIE

Pack de bières, cadavres de bouteilles, déchets de McDo, encombrants… A peine entrés dans ce bois, on est confronté à la bêtise humaine. Des abrutis n’ayant visiblement rien de mieux à faire que d’y laisser leurs détritus…

A l’orée du bois de la Haie de Béranville, la nature reprend ses droits et offre un beau panorama sur la vallée de la Seine. Derrière la tête d’Alex, on distingue notamment le fameux S de la tourelle Singer.

La descente se poursuit jusqu’à la D 113. Puis, on entame l’interminable ascension de la côte forestière d’Anfreville. Nos efforts seront grandement récompensés par la présence de chouettes paysages et surtout d’un cheptel de vaches.

Jeufosse

A l’entrée du hameau de La Haie de Béranville, on est accueilli par un drôle d’ambassadeur, certainement échappé d’un poulailler voisin.

Il n’y a pas grand-chose à voir en dehors de l’Église Saint-Germain-de-Paris (XIIIe-XVIe siècles) qui fut immortalisée en 1893 par Claude Monet dans son œuvre « L’Église de Jeufosse, temps de neige ».

On poursuit un peu le long de la D 195, puis, on monte dans les grandes bruyères sur le sentier Lucas. On domine la Seine et le bruit des voitures s’effacent alors peu à peu. Le coteau est raide mais le panorama à l’arrivée est vraiment exceptionnel.

Au hameau encore très rural de Notre-Dame-de-la-Mer, on quitte la rue principale et le GR pour prendre à gauche la rue du Belvédère afin de profiter d’une autre vue sur la Seine et d’une charmante Chapelle datant de 1867. Depuis IXe siècle, les pèlerins des contrées avoisinantes venaient ici deux fois l’an pour remercier la Vierge qui a permis aux « Hommes de la Mer » de sauver la France de l’invasion.

BLARU

On reprend le GR par la rue de Blaru qui dessert Chevrie et mène jusqu’au hameau du Chêne Godon. Les pavillons laissent rapidement la place a de nombreux pommiers et d’immenses champs de blé fraîchement moissonnés.

Malgré un soleil qui cogne un peu fort sur nos têtes, on prend la pose devant l’une des meules. Après une impressionnante allée de châtaigniers, on traverse bientôt le bois des Mifaucons.

VERNON

Les maisons typiques à colombages nous indiquent que le GR entre enfin dans l’Eure. Au bien nommé Hameau de Normandie, un petit sentier aboutit à une ancienne voie de chemin de fer.

A partir de là, 15 kilomètres nous séparent de Bonnières et 7 de Vernon. On prend à droite. Les trouées offertes par la belle forêt de Bizy permettent d’admirer des falaises de craie et de jolis points de vue sur le Grand Val d’Aconville.

Une fois sortis du bois, les choses se dégradent un peu jusqu’au quartier pavillonnaire du Moussel. Accolé à des entrepôts, le chemin de halage qui borde la Seine ressemble ainsi un peu trop à la portion du Canal de l’Ourcq comprise entre Pantin et Aulnay-sous-Bois. Heureusement, on fini cette randonnée sur une bonne note grâce aux aménagements des berges faisant face à l’île de l’horloge.

Petits bois tranquilles, méandres de la Seine, vestiges du passé, panoramas magnifiques ou encore rencontres inattendues avec la faune locale. Facilement accessible en train, la portion yvelinoise du GR 26 surprend par la diversité de ses attraits. Avec 341 m de dénivelé positif et 420 m de dénivelé négatif, son relief offre des passages assez éprouvants physiquement. Il s’adresse de préférence aux randonneurs aguerris.

Vernon se situant hors zone du pass Navigo, sachez que nous n’avons pas pu profiter totalement du dézonage gratuit pour rentrer sur Paris et avons dû acheter un billet Vernon-Mantes-La-Jolie (5€/pers).

© Crédits Photos – S H U N R I Z E.com