A l’origine d’1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année, l’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde. Fondatrice et créatrice de Maison Alfa, Alice Durupt s’est engagée à rendre ton dressing eco-friendly grâce à l’upcycling. Présentations.

Clermontoise d’origine, Alice a quitté l’Auvergne pour suivre une formation en BTS design de mode à l’école de Condé Lyon. Son diplôme en poche, elle décide de lancer sa marque de prêt-à-porter féminin avec son amie Fanny. En 2016, elles élaborent ainsi elles-mêmes chaque modèle dans un atelier lyonnais à partir de matières neuves exclusivement naturelles.

Deux ans plus tard, un contexte économique difficile dû notamment au départ de ses associés pousse Alice à se réinventer. Afin d’économiser sur les matières premières, elle se tourne alors vers les stocks inutilisés d’industriels français et européens. Sans pour autant transiger sur le style et la confection made in France, elle nous propose aujourd’hui de jolies pièces intemporelles plus respectueuses de l’environnement.

L’upcycling est un vrai pari. Quelles sont les principaux obstacles ?

La recherche de tissu inutilisé. Aujourd’hui encore, nous avons des difficultés à faire grandir notre réseau de destockeurs. Si quelqu’un se reconnait n’hésitez pas à nous contacter 🙂 

Ton processus de création ?

Généralement, je fais un mood board d’inspiration pour la collection et j’en sors une large gamme de couleurs. Je dessine ensuite les vêtements sans idée ou couleur précise, juste quelques intentions colorées. Puis, nous allons chez nos destockeurs. A ce stade, plusieurs scénarios sont possibles : nous trouvons le tissu parfait dans une des couleurs de la gamme et nous le mettons de côté pour tel ou tel produit, ou nous tombons sur un coup de coeur et nous imaginons ce que nous en ferons directement sur place.

Comment se passe ta collaboration avec Jennifer, ta couturière ?

Jennifer est en charge du modélisme, du patronage, de la coupe et de la fabrication. C’est une experte produit, très pointilleuse et appliquée. Nous avons beaucoup de chance de l’avoir. C’est grâce à elle que nos vêtements sont si beaux. Nous sommes devenues très proches, elle m’aide désormais sur certaines décisions au niveau des collections.

Comment gères-tu le départ de tes associés ?

Cela a été difficile et parfois ça l’est encore. Pour pallier à cela, j’ai appris à me fier à mon intuition. C’est le meilleur associé !

Des conseils aux futures entrepreneuses ?

N’ayez pas peur de vous lancer ! Tentez l’expérience pour ne pas le regretter plus tard ! Et si vous sautez le pas, faites-vous accompagner par un incubateur ou un organisme. Cela vous permettra d’être suivie, de ne pas être seule au départ, mais aussi d’exposer votre projet. N’ayez pas honte d’en parler car c’est le meilleur moyen pour avancer. J’ai pensé bien trop longtemps que je ne pouvais pas tout faire toute seule ou que personne ne croirait en ce que je fais. Ce n’est pas vrai, alors foncez !

Quels sont les retours de ta clientèle ?

Nos clientes sont enthousiastes et nous remercient de faire de beaux vêtements avec de belles valeurs. Elles nous encouragent à continuer. Je pense d’ailleurs que les consommateurs devraient être mieux informés sur les démarches environnementales faites par les marques pour éviter de tomber dans le panneau d’un faux marketing vert.

A ce propos, parle-nous du programme « (Re) inventer » et de ton partenariat avec l’association OXFAM.

Nous travaillons avec la startup RE. qui invite les clientes à recycler plus facilement leurs vêtements de manière ludique. A chaque dépôt, elles peuvent ainsi débloquer un bon de réduction de -10% sur notre site. Notre partenariat avec OXFAM concerne nos invendus, pièces d’études ou abimées par exemple lors d’un shooting. Comme nous faisons très attention à nos volumes de production, les pièces qui rejoindront leur boutique solidaire dans le XIe à Paris seront le plus souvent nos prototypes. L’idée avec ces partenariats étant de maîtriser la fin de vie de nos produits, boucler la boucle de l’économie circulaire.

Et ton engagement écoresponsable au quotidien ?

Niveau mode, je n’achète que ce dont j’ai besoin. Si la pièce en question n’est pas réparable ou transformable, je privilégie la seconde main et les marques éthiques. Le reste de mes pièces sont des Maison Alfa. Côté nourriture, j’ai réduit ma consommation de viande, je mange local et de saison. J’évite un maximum le plastique et suis la reine du tri à la maison. En revanche, je suis encore mauvaise élève dans ma salle de bain.

Suite au confinement, comment se porte ton entreprise ?

Elle a résisté jusque-là. D’ici fin mai, nous allons sortir notre collection d’été, ce qui est une bonne nouvelle. Tout va se jouer sur les mois à venir. Si les ventes ne sont pas au rendez-vous, cela risque d’être difficile de financer les collections de fin d’année. Mais étant habituée à rebondir, cela devrait bien se passer.

Des projets ?

Ils sont nombreux, mais le premier, d’actualité, sera de revoir ma famille, mes sœurs, qui me manquent beaucoup ainsi que mes amis.

Copyright Photos © Maison Alfa


🛒 Maison Alfa
E-shop : https://www.maisonalfa.com/
Chez Wedressfair
4, rue des Capucins 69001 Lyon
Mardi au Vendredi 13h à 19h30
Samedi 11h à 19h30

Laisser un commentaire