Au fin fond des Appalaches, six femmes décident de partir en expédition spéléologique. Le groupe se retrouve bientôt coincé et découvre qu’il n’est pas seul…

La plupart des critiques sont dithyrambiques vis-à-vis de THE DESCENT de Neil Marshall, je suis un peu moins enthousiaste. Un sentiment de déjà-vu est inévitable si l’on connait le pitoyable THE CAVE (LA CRYPTE). Néanmoins, si vous voulez voir des nanas se faire bouffer une par une par des monstres des cavernes, si vous voulez voir de la varappe et de l’hémoglobine à profusion, ce film est fait pour vous.

Non mais quelle idée d’aller faire une balade dans une grotte encore inexplorée et ce sans prévenir personne… Et oui, la mythique stupidité des personnages de film d’horreur a encore frappé !

La spéléologie ne me tentait pas, là pour le coup c’est à vous en dégoûter. Ils se passent toujours des trucs pourris sous terre. Si la perspective d’être coincé dans un boyau où on ne peut qu’avancer ne vous excite pas des masses, vous allez avoir franchement les boules. Ici, les claustrophobes ne sont pas à la fête. L’obscurité environnante renforce d’ailleurs cette terrible angoisse.

Bien que travaillé pendant 2 ans, le scénario parait un peu bancal. Entre Sarah qui passe de « pauvre femme qui a perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture, pleurant tout le temps » à la « Warrior des profondeurs », les Crawlers qui viennent de nulle part (aucune explication n’est donnée) et le fantôme de la fille de Sarah qui apparaît tout au long du film, le spectateur s’y perd. Quant aux dialogues dignes d’Hélène et les garçons…

A voir, mais dans le noir absolu !

A propos de l'auteur

Parisienne, 3e dan de Binge-watching, fan de Ninja, je randonne régulièrement dans le Grand Paris et j'♥ les CHIPS.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.