Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les Nains, aidés par Bilbon le Hobbit, ont réussi à récupérer leur royaume et leur trésor. Mais ils ont également réveillé le dragon Smaug qui déchaîne désormais sa colère sur les habitants de Lac-ville. A présent, les Nains, les Elfes, les Humains mais aussi les Wrags et les Orques menés par le Nécromancien, convoitent les richesses de la Montagne Solitaire. La bataille des cinq armées est imminente et Bilbon est le seul à pouvoir unir ses amis contre les puissances obscures de Sauron.

Un ultime chapitre riche en émotions

Treize ans après LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : LA COMMUNAUTÉ DE L’ANNEAU, Peter Jackson nous emmène une dernière fois dans l’univers fantastique imaginé par J. R. R. Tolkien.

Si vous n’avez pas vu les deux premiers volets de la saga du Hobbit, je vous conseille vivement d’y remédier avant de vous rendre au cinéma. En effet, LA BATAILLE DES CINQ ARMÉES reprend précisément là où s’arrêtait LA DÉSOLATION DE SMAUG. Pas de flash-back, pas de résumé des épisodes précédents, nous sommes directement plongés au cœur de l’action dans une scène incroyable de dévastation.

Ici, les touches d’humour manquent à l’appel. Si on fait abstraction de la couardise d’Alfrid (Ryan Gage), l’heure n’est clairement plus au badinage. L’intrigue fait ainsi la part belle au courage, à l’abnégation, à l’honneur, à l’amour et à l’amitié mais aussi à des sentiments beaucoup moins nobles tels que la cupidité et la jalousie.

Avec un titre pareil, nous étions en droit de nous attendre à une confrontation monumentale. Celle-ci a bel et bien lieu même si le réalisateur préfère s’attarder davantage sur les désordres émotionnels de ses héros plutôt que sur l’incroyable bestiaire présent à l’écran.

Certes, cette seconde trilogie aurait pu largement tenir en deux volets et aurait gagné à ne pas s’embarrasser de sous-intrigues totalement inutiles (le triangle amoureux entre Tauriel, Kili et Legolas par exemple) et ce même si elles prolongent notre voyage en Terre du Milieu. Pourtant, on ne peut que saluer l’immense travail d’un cinéaste passionné, voué à notre divertissement, qui nous offre un ultime chapitre épique et riche en émotions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.