Ultime volet des aventures du sorcier à lunettes et de son combat contre le seigneur Voldemort, HARRY POTTER ET LES RELIQUES DE LA MORT reprend l’intrigue du livre éponyme écrit par J. K. Rowling et publié en 2007.

Harry, Ron et Hermione se lancent dans une périlleuse quête pour retrouver et détruire le secret de l’immortalité et du pouvoir destructeur de Voldemort : les Horcruxes. Seuls, sans les conseils de leurs professeurs ni la protection du professeur Dumbledore, les trois amis doivent plus que jamais compter les uns sur les autres. Mais des forces obscures s’immiscent entre eux pour les diviser…

Cette adaptation du dernier tome de la Saga Harry Potter est résolument considéré comme l’événement cinématographique le plus attendu de ce mois de novembre voir de cette fin d’année. Tout d’abord par les fans qui se languissent de retrouver leurs héros favoris à l’écran mais aussi par ceux qui ont été déçus tout comme moi par les deux derniers opus.

Toutefois, il faudra s’armer de patience car Warner Bros qui produit la saga a choisi de diviser ce dernier volet en deux parties. Il faudra donc attendre le mois de juillet 2011 pour jouir enfin du dénouement final. Choix marketing ou choix artistique ? Au regard de ce qui nous a été proposé dans LA COUPE DE FEU où tout s’enchaînait de manière un peu brouillonne, frustrant les fans et perdant en chemin les non-aficionados, je pense que ce choix est plutôt judicieux. La densité du scénario de ce septième volet nécessitait vraisemblablement de le scinder en deux parties.

Déjà aux commandes des deux derniers volets de la Saga, LA COUPE DE FEU et LE PRINCE DE SANG MÊLÉ, David Yates reprend du service et contre toutes attentes nous offre un agréable divertissement. Loin de la mythique école des sorciers de Poudlard, nous suivons nos trois héros, Harry (Daniel Radcliffe), Ron (Ruppert Grint) et Hermione (Emma Watson) dans leur dangereuse quête où se mêle avec brio drame, action, comédie et romance. Centré essentiellement sur notre trio d’acteurs, l’intrigue n’offre aux autres protagonistes qu’une place de faire valoir. Et même si le jeu de nos charmants sorciers en herbe s’est considérablement amélioré, j’ai pour ma part été plutôt frustrée de ne pas voir plus longtemps à l’écran Alan Rickman (« Love Actually ») et Bill Nighy (« H2G2 : le guide du voyageur galactique ») qui interprètent respectivement Severus Rogue et le Ministre de la magie Rufus Scrimgeour.

Sombre mais aussi plus rythmé que les précédents opus, LES RELIQUES DE LA MORT relève le niveau d’une saga qui commençait quelque peu à s’essouffler. C’est donc avec une certaine impatience que j’attendrai la seconde partie de ce volet.

A propos de l'auteur

Passionnée de Pop Culture et friande d'évasion, ma curiosité n'a aucune limite.