Dédo met le feu au Théâtre de Dix Heures

Voilà douze ans, dont six au sein du Jamel Comedy Club, que Dédo se produit sur scène. Repéré sur Myspace, puis suivi de loin après l’interview de Christophe Berthemin (« Zémotions »), je n’avais pas encore assisté à l’une de ses représentations. Cet impair est désormais réparé.

Dimanche dernier, je me suis donc rendue à Pigalle pour voir son tout dernier show. Après une résidence, il y a deux ans au théâtre du Temple, l’humoriste qui s’est autoproclamé « Prince des Ténèbres » est actuellement au Théâtre de Dix Heures et ce jusqu’au 23 décembre prochain.

Bien que son affiche tende à nous le faire croire, Dédo n’est pas l’homologue français de l’illusionniste gothique Criss Angel. Pas de numéros de prestidigitation à l’horizon ni même de rituels sataniques pratiqués sur scène mais un spectacle de stand-up tout ce qu’il y a de plus normal.

Mis en scène par Yacine Belhousse, avec qui il avait remporté le Prix de la meilleur web-fiction au festival de la fiction TV de La Rochelle pour L’Histoire racontée par des chaussettes, notre ange déchu nous offre plus d’1h30 de fous rires.

Autant vous le dire tout de suite, si vous êtes comme moi, de nature timide, attendez-vous à être pris à parti. Dédo aime échanger avec son public et intégrer nos réactions à son show. Ce soir-là, j’avais l’impression que le public était composé uniquement de gens comme moi et malgré l’inertie de ce dernier, Dédo a réussi à nous entraîner dans son délire.

Piétinant joyeusement avec ses Doc Martens les clichés dont on l’affuble, il ne se contente pas de broder autour de son statut de métalleux incompris. Loin de là ! Sans aucun temps mort, il passe au crible la vieillesse, la mort, sa célébrité toute relative, le cinéma d’horreur et même la mythologie.

Oui, parce qu’il faut savoir que nous nous cultivons en sa compagnie. Son incroyable énergie et sa capacité à rebondir sur ce qui l’entoure m’ont donné l’impression que son spectacle doit sans cesse se renouveler.

Ouvert ce soir-là par un sketch de Kyan Khojandi (le héros de la série « Bref ») et clôturé par un duo musical avec son hilarant collègue, Yacine Belhousse, son show est tout simplement mortel !

Tous les dimanches à 21h30 jusqu’au 23/12/2012
Théâtre De Dix Heures 36, BD de Clichy 75018 Paris – M° Pigalle
Résa & Infos : Du Mardi au samedi de 14 à 19h au 01 46 10 17 – Résa en ligne