Symbolisée par une feuille d’érable, la Transcanadienne relie les dix provinces du Canada. Elle figure parmi les routes nationales les plus longues au monde.
De Victoria, en Colombie-Britannique, à Saint-John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, ses 7 821 kilomètres sont ainsi une invitation au voyage.

Laissons ainsi derrière nous le Parc national de Banff pour une expédition qui débutera à Calgary. Puis, empruntons l’axe principal sud de ce mythique ruban d’asphalte (Highway 1) sur près de 520 kilomètres. Notre tracé via Google Maps se trouve en fin d’article.

itinéraire de calgary à salmon arm via la transcanadienne

Calgary

Nous voici dans les contreforts des Montagnes Rocheuses canadiennes. Fini les routes sinueuses, une grande ligne droite s’offre à nous. Aux abords, quelques fermes, des bovins et des champs de colza.

A 15 minutes du centre-ville. Notre premier arrêt se fait au Parc Olympique de Calgary qui accueilli les Jeux d’Hiver de 1988. L’accès est libre.
Forcément, je pense direct à l’équipe jamaïcaine de bobsleigh qui inspira le film RASTA ROCKETT ainsi qu’à Eddie the Eagle en voyant la piste de saut à ski.

En allant voir de plus près la piste de bobsleigh, nous croisons un lièvre en train de faire sa sieste.
Aujourd’hui, le parc est toujours en activité été comme hiver. Il propose aux visiteurs de nombreuses activités telles qu’une tyrolienne de 510 mètres et une descente à 120 km/h à bord d’un bobsleigh.

flamme olympique calgary 1988

bobsleig de la jamaique aux jeux hiver à calgary en 1988
rampe de saut à sky au parc olympique de calgary
lièvre dans le parc olympique de calgary

Capitale du pétrole et du rodéo, le centre-ville de Calgary ne me semble pas une étape indispensable.
La pluie qui nous accueille n’y est pour rien mais c’est assez décevant. Effectivement, les tours de béton et les sculptures ne peuvent rivaliser avec la beauté des parcs nationaux. Très fréquenté en journée, Calgary se vide d’ailleurs de façon drastique dès la sortie des bureaux.

staute face au fort de calgary
tour de calgary


statue the wonderland par jaume plensa à calgary
statue the family of man de mario armengol à calgary
statue the conversation de william McElcheran à calgary

 Au dîner, nous avons testé le Bottlescrew Bill’s Pub (140 10 Ave SW, Calgary, AB T2R 0A3, Canada – Ouvert 7j/7 de 11h30 à 02h – bottlescrewbill.com/).
Son burger Angus accompagné de ses frites de patate douce et de sa sauce barbecue est excellent. Serveurs à l’écoute et ambiance très chaleureuse. Petit + : des plats gluten Free et végétariens sont à la carte !

Nous dormirons au Travelodge Calgary University (2227 Banff Trail NW, Calgary, AB T2M 4L2, Canada – à partir de 63€ la nuitée – www.wyndhamhotels.com). Située près de la Transcanadienne, la chambre est confortable, climatisée et surtout bien insonorisée.
Également à disposition, TV, Wi-Fi gratuit, produits de bain, sèche-cheveux, bouilloire et même une piscine.
Rien à redire si ce n’est que la salle du petit-déjeuner, installée dans le hall, est vite prise d’assaut.

Canmore

A 112 kilomètres de Calgary, voici un arrêt imprévu dû à une crevaison. Situé aux limites extérieures sud du parc national, la mignonne commune de Canmore a l’avantage d’être moins fréquentée que Banff. Petite particularité toute aussi charmante, des lapins se baladent dans tous ses jardins. J’ai envie de vivre ici 😆

Amateurs de bière, sachez que Canmore dispose aussi de deux micro-brasseries.
La ville étant petite, nous avons le temps de nous balader jusqu’à la Rivière Bow et même de faire les boutiques.

rue principale de canmore au canada





rue de canmore au canada

rivière bow à canmore au canada

Kicking Horse Pass

A 109 kilomètres de Canmore. Désigné lieu historique national en 1971, le col Kicking Horse doit son nom à la ruade que James Hector, chirurgien de l’expédition Palliser, reçut pendant qu’il explorait la région.

En 1881, le Chemin de fer Canadian Pacifique l’inclus dans son tracé à travers les Rocheuses, une décision à l’origine du développement de la région. D’une altitude de 1 627 m, ce col est le point le plus élevé de la ligne.
Si vous avez de bons yeux, vous verrez l’entrée du tunnel sur la photo ci-dessous 🙂

Depuis 1962, la Transcanadienne suit le parcours initial de la voie ferrée qui était utilisée dans les années 1880.

le col Kicking Horse au canada

Golden

73 kilomètres plus loin, nous quittons l’Alberta pour le Comté de Columbia-Shuswap en Colombie-Britannique. Il faut retarder notre montre d’une heure. Après avoir traversé le Parc national de Yoho, nous atteignons la ville de Golden.

Bâtie aux confluences des rivières Columbia et Kicking Horse, elle possède sur sa 8e avenue Nord un pont pédestre couvert (Pedestrian Kicking Horse Bridge).

Enjambant la rivière du même nom sur 46 mètres de long, ce pont construit pas des bénévoles pèse presque 100 tonnes et aura nécessité 170m3 de sapin de douglas.


le pont pédestre de golden au dessus de la rivière kicking horse

Mont-Revelstoke National Park

Nous quittons Golden, traversons le Parc national des Glaciers. 121 kilomètres plus tard, nous sommes à l’entrée du Parc national du Mont-Revelstoke qui abrite la seule forêt pluviale non côtière de la planète. L’endroit étant forcément très humide, prévoyez l’anti-moustique !

Caché entre pics et vallées montagneuses, nous découvrons donc le Sentier des Cèdres géants (Giant Cedars Boardwalk Trail) où poussent certains des arbres les plus anciens de la chaîne de montagnes Columbia. Les spécimens les plus gros sont des thuyas qui se reconnaissent à leurs écorces filamenteuses.

Cette promenade aménagée de 500 mètres invite à la contemplation. On se sent vraiment minuscule. Des instants magiques et hors du temps !
Les nombreuses marches en bois la rende malheureusement inaccessible aux PMR.


le sentier des cèdres géant à revelstoke




A 2,6 kilomètres, nous tombons sur le pittoresque Sentier du Chou puant (Skunk Cabbage Boardwalk Trail). Une boucle d’un kilomètre bordée de Symplocarpe fétide.

Cette plante doit son nom à l’odeur de putréfaction qu’elle émet pour attirer les insectes pollinisateurs. La floraison étant au mois de janvier, nous ne sentirons rien de particulier et ne verrons que ses immenses feuilles vertes.

En chemin, nous apercevons quelques oiseaux et surtout un castor. On voit l’arrière de sa tête sur l’une des photos (si, si !).

Près des parkings de ces deux sentiers, on trouve des toilettes, une aire de pique-nique et surtout de l’eau potable.



le sentier du chou puant à revelstoke
chou puant
castor dans le marais du chou puant à revelstoke

Ensuite, direction le centre-ville de Revelstoke, situé à 25 kilomètres. Des emplettes pour le dîner, un rapide tour de la ville.

Nous passons une nuit au Revelstoke Gateway Inn (1500 1 St W, Revelstoke, BC V0E 2S0, Canada – à partir de 108€ la nuitée – www.revelstokegatewayinn.com).
C’est sans conteste l’un des pires hôtels de notre circuit ! Vous voyez les motels crasseux que l’on voit dans les films ? Là, c’était pareil !
Salle de douche minuscule, moquette dégueulasse, clim’ ultra bruyante, insonorisation inexistante (relou surtout avec des mecs bourrés) et petit déjeuner douteux.


grizzly bear statue by fran jenkins and bill cameron at revelstoke
le cinéma roxy de revelstoke






The Last Pike

Le lendemain, nous filons à Craigellachie, près du col Eagle. Toujours sur la Transcanadienne, à 47,4 kilomètres de Revelstoke.

Rien de transcendant ! C’est ici que furent enfoncés les derniers crampons du chemin de fer Canadian Pacifique, le 7 novembre 1885.

Pour l’anecdote, le crampon de fer qu’enfonça Donald Smith, le directeur de la compagnie, a été retiré après la cérémonie. Trônant à Montréal dans le bureau du président du Canadian Pacifique, il disparut néanmoins dans les années 40.
Il a été remplacé par un autre crampon, qui s’y trouve toujours.




Salmon Arm

Nous reprenons la route pour une cinquantaine de kilomètres. Niché entre les rives paisibles du Lac Shuswap et de sublimes montagnes, le petit port de Salmon arm possède le plus long quai d’Amérique du Nord.

Bernaches, canards et autres d’oiseaux migrateurs viennent dans ses marécage pour nidifier. Pour observer les rapaces qui squattent ici, vous aurez besoin de vos jumelles. Nous avons regretté de ne pas avoir un zoom plus puissant.






La première partie de ce road Trip sur la Transcanadienne s’achève dans cette petite ville de Colombie-Britannique.

La prochaine fois, je vous montrerai ce que nous avons vu sur la Transcanadienne entre Kamloops et Vancouver. Au menu : virée spectaculaire au fil du fleuve Fraser ou encore traversée en télécabine au-dessus d’un canyon 🍁

J’espère que ce road trip vous aura plu.
N’hésitez pas à me confier vos souvenirs d’escapades, je suis toujours friande d’idées et de recommandations 😉

Une réponse

Laisser un commentaire