Du 5 au 8 Juillet 2012 s’est déroulé au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte le plus grand rassemblement « geek/otaku » de France voire d’Europe : JAPAN EXPO. Cette 13e édition était particulièrement riche en évènements à ne surtout pas rater pour les mordus de culture japonaise mais aussi pour les accros de pop culture.

En effet, parallèlement à cette convention avait lieu le Comic con’ France. Un event très étoffé malgré ses deux années d’existence. Mais que s’est-il passé durant ces 4 jours pour attirer plus 200 000 visiteurs ? Un record tout simplement historique depuis sa création.

Ah sinon, j’ai oublié de me présenter. Je m’appelle Djigui. Toute nouvelle recrue au sein de la Shunrize team, fan hardcore de japonniaiserie, fréquentant cette convention depuis plusieurs années. Tel un Bernard de la Villardière du ghetto, j’étais dans les parages pendant tout la durée de ce Japan expo/Comic con’ en mode reporter d’investigation.

Et rien que pour vous, je vais vous faire part de toutes les choses intéressantes que j’ai vu au cours de ma périlleuse mission et c’est tout de suite dans « Enquête exclusive Shunrize.com ».

Rendez-vous incontournables des Geeks et des Otakus

Tout d’abord, l’immensité de l’endroit pas loin de 1200000 m2 divisés sur deux hall. L’un pour Japan Expo, l’autre pour le Comic con’ avec une diversité des stands hallucinante par rapport aux années précédentes. En plus des habituelles boutiques de goodies, d’éditeurs de manga et d’animés en France, il y avait des stands initiation au jeu de go, mah-jong et d’origami, des stands de calligraphie, des galeries d’art d’artistes amateurs et professionnels reconnus dans le milieu, un espace pour les dessinateurs en herbe, des démonstrations d’arts martiaux comme le kendo, de la dégustation de la cuisine asiatique et même des stands pour préparer son voyage vers la terre promise. Même profusion du coté Comic con’, entre les salles de conférences, les points dédicaces des invités, les stands d’auteurs bd/comic, plein de stands de goodies liés aux comics, au ciné/series tv comme une très belle expo sur la série « Kaamelott », les dernières nouveautés en matière de jeux vidéo, le quartier web qui regroupait tous les acteurs de la scène web tels que « Le visiteur du futur », « Joueur du grenier », « Flander’s company » et même un espace était réservé au speed dating pour les geek célibataires à la recherche du grand Amour. D’ailleurs, c’était la première fois que je faisais au préalable un programme itinéraire de peur de passer à coté de quelque chose. Une très bonne chose de faite car pendant 4 jours, je n’ai cessé d’être en mouvement et n’ai pas eu le temps de m’ennuyer une seule seconde.

Des invités de marque

Pas un seul temps mort notamment grâce à la venue d’une pelleté d’invités prestigieux. Parmi ceux que j’ai eu la chance de voir : Naoki Urasawa (« Monster », « 20th century boys », « Pluto », « Billy bat »…) qui était là pour des conférences et des dédicaces d’ailleurs une expo lui était entièrement dédié dans laquelle on pouvait voir l’ensemble de ses œuvres ainsi que des artworks inédits.

Mais aussi Tetsuya Saruwatari, auteur du manga « Free fight » également en dédicace sur un ring de catch présent pour une masterclass avec quelques passionnés du dessin. Et puis, ceux que j’ai croisé en vrac : Keiji Inafune ex – Capcom créateur de « Megaman », Makoto Shinkai qui était là pour une masterclass en public et la promotion de son dernier film d’animation « Agartha », Alexandre Astier et Simon Astier, Marcus ainsi tout le staff de la chaine Nolife, Julien Tellouck de Gameone, des acteurs dont j’ai zappé le nom jouant dans la série « Les frères Scott ».

Les fans de J-music ont pu se régaler avec les nombreux concerts qui ont rythmé le Japon Expo Live House (situé dans le grand hall extérieur du Parc des expositions). Parmi les invités musicaux, il y avait le groupe Flow connu pour avoir chanté les génériques animés de « Naruto » et « Code Geass », la chanteuse très fluo kawaii Kyary Pamyu Pamyu et enfin Man With a Mission un groupe de rock assez spécial car ils portaient tous un masque avec une tête de loup façon Daft punk.

Jeux vidéo

Que serait un Japan expo/Comic Con’ sans sa partie jeux vidéo ? Nintendo proposait pas mal de choses cette année. Notamment, en exclu mondiale la 3DS XL était testable avec le jeu « New super Mario 2 ». Mais aussi des tournois sur une petite scène prévue à cet effet avec la présence de Mario, Luigi et Pikachu pour ambiancer les participants. Côté jeu sur 3DS, il y avait du « Luigi’s mansion 2 », « Castlevania mirror of fate », le tout nouveau « Professor Layton », « Kingdom Hearts 3D ».

Les fans de la Wii pouvaient non seulement jouer à « Mario party 9 » sur des canapés bien confortables ou dans un petit espace tamisé à « Project Zero » un jeu inspiré des films d’horreur japonais ou dans un autre espace un peu plus funky à « Rythm Paradise beat the beat » ou encore à « Inazuma eleven strikers » grâce à un mini terrain de foot aménagé pour l’occasion. Des rumeurs disaient que le boss de Nintendo Satoru Iwata avait fait le déplacement à la Japan expo entouré de yakuzas.

Perso, je ne l’ai pas vu mais il y a des photos et des vidéo sur le web qui le prouvent.

Côté Square Enix, il était possible de tester « Theatrythm Final fantasy », un jeu musical regroupant les OST de toute la saga FF. Les bornes étaient équipées de casques audio permettant ainsi une immersion totale loin des cris des otaku en manque de chaleur humaine brandissant leur panneau « FREE HUGS ». Toujours sur ce stand, il était possible crier son amour pour « FF7 » en griffonnant sur la fresque prévue à l’occasion de la sortie du jeu réédité sur PC. En plus des habituels vitrines des goodies et de belles figurines diverses et variées Square a aussi profité de la scène jeu vidéo situé dans le hall Comic Con’ pour présenter ses prochains jeux.

Tout comme Namco Bandai games qui avait un catalogue de jeux fournis pour les fans de japanim’ essentiellement basé sur des grosses licences il y avait en exclusivité mondiale « Naruto shippuden ninja storm 3 », « Dragon ball z kinect », « One Piece Kaizoku Muso ».

A côté des bornes DBZ, il y avait « Ninokuni » le RPG de Level-5 en featuring avec le studio Ghibli jouable dans sa version française. Ankama était dans les parages aussi avec un très beau stand qui regroupait pas mal de choses comme une boutique de goodies propre à leur univers, j’ai la chance d’essayer jouer à « Flyn » un petit jeu sympa très prometteur et comme toujours du « Dofus Arena », du « Wakfu » et des jeux de plateau…

J’allais oublier une pauvre borne perdue au milieu du comic con avec l’adaptation du film « The amazing Spiderman » avec un mec cosplayé en homme araignée. Il m’a fait de la peine car malgré la foule presque personne ne s’arrêtait pour tester le jeu pas cool !

Cosplay

En parlant de cosplay. Naturellement, on pouvait voir à travers les allées de la convention des visiteurs cosplayés en heros de manga, de film et de jeu vidéo plus ou plus moins réussis. Une petite estrade avait été aménagée pour les gens qui souhaitaient avoir leur petit quart d’heure de gloire. D’ailleurs, j’ai un petit rituel qui n’intéresse personne faire une petite séance photo des cosplays les plus foireux que j’ai malheureusement pas pu faire cette année, tellement ce 13ème impact était d’une richesse phénoménale.

Bien entendu, tout n’était pas parfait ! Conséquence directe du succès de la Japan Expo, les allées de la convention étaient littéralement bouchées les journées de samedi et de dimanche. Mais même le 1er jour à savoir le jeudi, j’étais choqué à croire que les jeunes geekos se sont arrivés en masse pour payer moins cher (l’entrée 9€ contre 18€ la journée de samedi).

Vu la tonne de choses à voir et à faire, certaines personnes pouvaient également se sentir un peu perdues si elles ne s’étaient pas organisées à l’avance. Autre petit reproche, le volume sonore de certains stands. On pouvait se choper une sacré migraine notamment lorsqu’on se trouvait dans l’espace fanzine jeunes artistes au Comic con’ qui était entourée de stands extrêmement bruyants.

Et même s’il est devenu normal pour les mauvaises langues critiquer Japan Expo/comic con’ comme étant un supermarché géant, il est nécessaire de s’interroger sur ce qui fait le succès d’un tel évènement. Si on considère qu’il s’agit de rendre accessible au public européen des artistes japonais renommés et de proposer des contenus culturels de qualité ainsi que des initiations pour un public désireux de s’ouvrir aux richesses culturelles japonaises, force est de constater que cette Japan Expo fut un véritable succès.

Nous attendons avec impatience le 14e impact ! C’était Djigui pour Enquête exclusive Shunrize.com à vous les studios !

A propos de l'auteur

Serial-dessinateur à l’univers totalement déjanté. Quand il ne joue pas au Bernard de la Villardière du ghetto, il officie sur le Choco Blog