Ce n’est pas la première chose qui saute aux yeux des gens qui sont amenés à me rencontrer mais je suis métisse Martiniquaise. C’est donc avec une joie non dissimulée que je vous présente aujourd’hui l’un de mes talentueux « compatriote » : Pascal Dorwling Carter alias Pacco. Tour à tour, Directeur artistique chez Les Humanoïdes Associés et Vents d’Ouest, puis fondateur de Tomahawk, une agence de publicité spécialisée dans le secteur du divertissement, Il publiera en 2007 sa première bd Fuking Karma, Los Angeles inspiré de son premier blog et paru aux éditions Paquet. Aujourd’hui, son nouveau blog consacré à sa fille Maé où il raconte avec humour sa vie de famille, connaît un tel succès que les éditions Marabout lui a proposé de sortir une version papier de ces aventures : Maé, saison 1.


Pacco en dédicace avec sa fille Maé

Quel est ton parcours ?

J’ai attendu des années pour pouvoir faire de la BD, et en attendant j’ai dû faire des études scientifiques, de droit, de graphisme, travailler dans la pub, monter une agence de com’ et aujourd’hui, je peux enfin glander, gribouiller et me prendre pour un auteur.

Enfant, quelles BD lisais-tu ?

Les classique Asterix, Tintin, Gaston la gaffe, le journal de Pif, celui de Mickey… En fait tout ce qui me passait par la main, j’ai toujours adoré la BD.

Des influences ?

Oui, je suis gravement sous influence, il suffit que je tombe sur un truc que j’aime pour avoir envie de faire pareil et comme j’aime beaucoup de choses j’ai énormément d’influences. Mais ça ne se voit pas toujours, je peux piquer, une façon de faire des mains, comme un mécanisme de scénario.

Quel a été la genèse de ton second blog dessiné MAE ?

J’avais commencé à mettre des planches de Maé, sur mon premier blog, et j’ai eu tout de suite de bonnes réactions des internautes. J’ai envoyé un dossier afin de le faire éditer mais je n’ai pas eu de retour satisfaisant. J’ai pensé que ça valait le coup de dédier un blog à ces histoires, en attendant qu’un éditeur se manifeste.

Comment se déroule la réalisation d’une planche ?

Quand un événement me donne l’idée d’une planche je le note, soit sous forme de titre, de rough, d’un bout de dialogue ou d’un début d’illustration. Parfois, je vais plus loin et j’en fais une planche, sinon ça reste dans un coin jusqu’à ce que je trouve la façon d’en faire un planche. Ce qui fait que j’ai plein d’idées qui traînent sur mon ordi, certaines finiront sur le blog… D’autres pas.

Tu as sorti récemment ta seconde BD, MAE SAISON 1 aux Éditions Marabout

C’est ce que je fais sur le blog, en mieux. J’ai tout remanié de façon à ce que les fans du blog et ceux qui ne le connaissent pas prennent autant de plaisir à la lire. La BD raconte de façon humoristique toutes les galères que l’on peut avoir avec une minipeste-minicyclone à la maison, j’ai voulu que tout le monde s’y retrouve, les parents et les « pas parents » et qu’ils ricanent niaisement à la lecture de péripéties que nous avons tous vécus. Les réactions des lecteurs montrent que je ne me suis pas trop planté, c’est cool.

Tu continues d’alimenter parallèlement ton autre blog FUCKING KARMA qui ne connaît malheureusement pas la même audience que MAE. Est-ce important pour toi cette diversification ?

Pourquoi malheureusement ? L’approche que j’ai sur FUKING KARMA est à l’opposé de ce qu’il faut faire pour faire de l’audience, je le sais. Ce blog me permet de faire ce que j’adore, expérimenter, ne pas savoir ou je vais, ni comment j’y vais. Il me permet de travailler sur d’autre types de narrations, d’autre sujets. Comme je l’ai évoqué sur F.K., j’ai plusieurs facettes (ok, ok, une forte tendance à la schizophrénie), le blog de Maé montre une des facettes, F.K. beaucoup d’autres. Alors, oui c’est plaisant de faire des choses grands public, de pouvoir parler à un grand nombre de lecteurs. Mais si je ne fais que ça, je risque d’être « drogué » au succès, et finir uniquement par chercher à appliquer les recettes qui ont fonctionné et m’assécher.

Tes prochaines actus ?

J’ai des séances qui s’organisent, les dates sont mises à jour sur le blog de Maé. Pour mes prochaines actualités je ne sais pas, je vis au jour le jour.

D’origine Martiniquaise et ayant fait une partie de tes études en Guadeloupe, gardes-tu quelque chose de tes racines antillaises, excepté l’emploi du mot « coco » pour désigner le pénis dans tes planches?

Une capacité à bronzer rapidement, le goût du rhum vieux mélangé au coca, le créole et l’accent dés que je me trouve à moins de 15 mètres d’un représentant des Antilles, le besoin de plage, de soleil et de zouk. Et l’envie que ma fille sache que ce qui coule dans ses veines c’est de l’or.


Dessin de Margaux Motin et Pacco

Qu’est-ce qui occupe ton temps libre ?

Je glande… Non en fait, avec la saison 2 de MAE qui sort en novembre, le dessin prends enfin une grande partit de mon temps.

Quels genres de sites Internet fréquentes-tu ?

Celui de ma moitié : Teenie Mae et celui de mon jumeau maléfique : Margaux Motin

6 Réponses

  1. Valérie

    Pourquoi pas le concept me plait bien, je vais revenir vers vous dés que possible.

    Au fait à titre indicatif, le site possède une adresse mail disponible dans la page contact 😉

    Répondre
  2. HAROS Stéphanie

    Bonjour Valérie,

    Je m’appelle Stéphanie, j’ai 32 ans, travaille dans l’évènementiel et suis depuis peu l’heureuse maman d’un petit bout de 3 mois, Elio. Enfin, heureuse – heureuse … je développerais plus tard.
    Mon histoire c’est celle de nombreux jeunes parents de 30 ans d’aujourd’hui. Un emploi du temps plus que chargé, une inscription sur un site de rencontre, un coup de foudre (bon, après plusieurs essais foireux !! faut pas rêver quand même), un appartement à deux et cette idée d’avoir un enfant …
    Lui c’est Tristan, 35 ans, sportif et une ligne de tee-shirt dans la Boxe.
    Et là TOUT change et TOUT DE SUITE !! Pas dans 9 mois quand votre superbe progéniture pointe le bout de son nez mais bien à l’instant T, cet instant où vous avez les yeux rivés sur ce test et qu’un OUI apparaît (enfin une croix bleu ou rouge selon la marque…. foutu test ! ils peuvent pas écrire OUI ou NON ou mieux : « Félicitations, votre vie est foutue ! ») Enfin elle change tout de suite pour vous la maman en devenir car pour Monsieur c’est bien plus tard que les choses vont se corser… en attendant ils peuvent profiter ! Moi il m’a fallu renoncer à mes deux plaisirs du jour au lendemain : la clope et le bon vin !!! Adieu les Chesterfields light … bonjour les jus de fruit à l’apéro. On aurait pu m’appeler Joker ou Pampril !!

    Et puis il est là. D’abord on est remplis de bonheur. Primo parce qu’on y a survécu, deuxio parce qu’on est encore à la maternité dans cette chambre « douillette » et qu’une armada d’auxiliaires de soins est là pour nous aider !!!
    Puis on découvre, ce que c’est que d’être parents : les couches, les biberons, les couches, les biberons, les couches … et le manque de sommeil, et les pleurs … Et oh !!! Personne ne nous avait prévenu !!!

    C’est de ce constat qu’est née notre marque : « MAUVAIS PARENTS »
    http://www.mauvaisparents.com
    Une gamme de bodies et de tee-shirts dédiés aux enfants de 1 mois à 6 ans, et à leurs parents. Notre univers est décalé et repose sur un constat simple : « Être parents, ce n’est pas que du bonheur »
    Non, nous ne sommes pas des mauvais parents mais juste des parents qui ont voulu s’attaquer avec audace à un sujet encore tabou.
    Notre gamme se veut pleine d’humour grinçant. Stop ! A la langue de bois, nous disons Fuck aux Bisounours !
    🙂

    Nous avons crée une page sur Face Book : http://www.facebook.com/home.php?#!/profile.php?ref=profile&id=100000839390650
    Nous avons un peu plus de 200 fans et le bouche à oreille commence à fonctionner.
    Nos « amis » ? des parents, des personnes un peu décalées comme nous, des gens du secteur (nous avons parmi nos plus grandes fans une équipe qui travaille en crèche) …
    Les mamans ont l’air de se retrouver dans ce discours, échangent … Nous avons l’impression qu’elles ont trouvé là un formidable moyen de s’exprimer. OUI, elles adorent leur enfant mais OUI c’est parfois très dur.

    Aujourd’hui consciente que ce constat est d’actualité et que les mentalités changent (le succès du spectacle de Florence Foresti « Mother Fucker », le blog et la Bd de Maé, les illustrations de la Clique d’Annik …), je me permets de vous contacter. En effet comme toute jeune entreprise, nous avons besoin qu’on parle de nous …
    Peut-être que ces quelques lignes retiendront votre attention.
    Je suis à votre disposition pour plus d’informations.

    Bien cordialement,

    Stéphanie

    Répondre
  3. Petite Fée

    Je suis en train de lire la BD et j’adore !! c’est excellent et divertissant

    Répondre
  4. Caprice

    Roh, Pacco !
    Je suis une fan de lui, aussi bien de Mae que de Fucking Karma. Ca me fait plaisir de voir une interview de lui sur ton blog Valérie 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.