Autant dire que pour un premier long métrage qu’il a écrit et réalisé, Eli Craig a réalisé un petit chef d’œuvre de second degré. Il s’amuse avec tous les codes du film d’horreur mettant en scène des jeunes abrutis partant en forêt et se faisant traquer par des tueurs sanguinaires.

Ce pitch vu des millions de fois dans différents films d’horreur de bas étage met toujours en évidence le point de vue des victimes et jamais celui des « tueurs ». Or, en l’occurrence, dans « Tucker and Dale versus Evil », tout n’est que question de point de vue et de quiproquos.

Des jeunes gens se sentant menacés par 2 gros benêts maladroits ne cherchant qu’à réparer leurs nouvelles maisons de vacances et qui vont décider de se défendre contre ceux croyant s’être fait attaquer au préalable. S’en suivent des scènes mortellement drôles où l’on voit les protagonistes passer tour à tour du statut de victime à celui de tueur avide de vengeance.

Le parallèle entre « Tucker and Dale » et « Shaun of the Dead » est plus que flagrant car il est le parfait hommage aux slashers forestiers que le fut le film anglais aux films de zombies. On y retrouve deux très bons acteurs (un gros et un maigre rouquin) qui rendent leurs personnages très crédibles et attachants en quelques instants en y rajoutant une dose d’humour non négligeable.

Si certains effets numériques ne sont pas du meilleur effet (le film n’étant pas doté d’un budget énorme), il faut reconnaitre que le reste des maquillages tient largement la route. En effet, même si le film reste avant tout une comédie, il y a des scènes gore plutôt réussies.

Niveau casting, on retrouve Tyler Labine et Alan Tudyk (habitués aux castings de séries TV américaines) dans les rôles des deux péquenauds hilarants mais aussi la mignonne Katrina Bowden (« 30 rocks ») et le jeune Jesse Moss qui en fait des caisses (pour notre plus grand plaisir) dans le rôle du petit copain vengeur.

Véritable petite surprise sortie de nulle part (si ce n’est de l’esprit de son réalisateur) le film sera distribué par la société Wild Bunch (la branche cinéma de l’éditeur vidéo Wild Side) mais pour l’instant aucune date n’a été communiquée. Espérons toute fois que le film (qui fait la quasi unanimité dans toutes les salles où il est projeté) bénéficie d’une véritable sortie respectable et non pas une sortie « technique » dans une petite dizaine de salles aux quatre coins du pays.

A propos de l'auteur

Ancien animateur radio, je me consacre depuis à la critique de films, de série TV ou d'interviews sur ce webzine. Président de l'association Deviant Zone qui organise des soirées cinéma mensuelles, je m'occupe également de la programmation de celles ci ainsi que de sa promotion.

2 Réponses